Bienvenue sur le site des Vert'libéraux neuchâtelois

Une Envie de printemps pour le Canton

C’est à Peseux, où ils ont obtenu près de 20% des voix lors des récentes Communales, que les Vert’libéraux neuchâtelois ont présenté ce matin leur programme pour les élections cantonales, à l’enseigne d’une Envie de printemps pour le Canton de Neuchâtel.

52 personnalités, enthousiastes et compétentes, se lancent dans la course au législatif, dans les districts de La Chaux-de-Fonds et ceux du Littoral, sous les couleurs vert’libérales. Ces couleurs sont celles d’un renouveau printanier que le jeune parti veut insuffler au Canton.

Le programme que proposent les Vert’libéraux s’appuie sur trois axes :
  • Oser changer d’image, en faisant rayonner notre canton, terreau d’innovation et ouvert sur le monde.
  • Transformer nos modes de vie, en améliorant notre confort, en stimulant l’économie locale et en renforçant la cohésion cantonale.
  • Renforcer notre démocratie en modernisant ses institutions et en luttant contre les déséquilibres démographiques.

En ce qui concerne l’exécutif, les Vert’libéraux ne brigueront pas de siège au Conseil d’Etat.

Notre Assemblée générale et le Comité m'avaient donné leur plein confiance au cas où je serais disposé à me porter candidat.
Après mûre réflexion, j’y ai renoncé pour trois raisons :
  1. Le Canton a aujourd’hui besoin de la plus grande stabilité possible au niveau de l’exécutif, qui a choisi de briguer sa réélection en bloc.
  2. Ce sont les élections au Grand Conseil qui sont cruciales, et le groupe vert’libéral doit pouvoir continuer de jouer le rôle central qui est le sien pour trouver les majorités nécessaires et faire aboutir les projets-clé du Canton.
  3. Enfin, je ne suis pas prêt à renoncer à mes activités professionnelles au niveau fédéral et international. Quand bien même les chances d’une élection étaient plutôt théoriques dans la constellation actuelle, une candidature présuppose la disponibilité à accepter une élection éventuelle, que je n’ai pas aujourd’hui.

Je suis conscient que ma décision peut avoir des incidences négatives pour les intérêts du parti, mais je fais confiance au sens éthique des rédactions pour que les Vert’libéraux ne soient pas pénalisés en termes de couverture médiatique : en moins de quatre ans, notre parti est devenu un acteur-clé de la scène politique neuchâteloise, aussi parce qu’il a toujours privilégié une attitude responsable aux calculs politiciens.
Merci à tous de votre engagement !
Mauro Moruzzi