Lundi, 5 novembre 2018

Après la Ville : au tour du canton de se convertir au bio !

C'est historique : la Ville de Neuchâtel convertira tout son vignoble à la culture biologique ! Il est désormais au canton d'entamer ce tournant. Les députés vert'libéraux au Grand Conseil viennent d'ailleurs de déposer une motion en ce sens.

Par Mauro Moruzzi, conseiller général à la Ville de Neuchâtel et président des Vert'libéraux neuchâtelois

 

Qu’il est agréable de présider une commission quand tout le monde est d’accord, qui plus est sur un sujet qui vous tient à cœur !

La commission « Domaines viticoles et agricoles bio » n’avait pas hésité longtemps à préaviser favorablement le rapport du Conseil communal préconisant le passage de l’ensemble du domaine viticole appartenant à la Ville de Neuchâtel en culture bio. Et la décision, en réponse à une motion PLR, a été entérinée à l’unanimité par le Conseil général lundi soir. Une étape historique dans l’histoire millénaire qui associe notre ville à la vigne !

 

Notre canton dispose déjà d’une surface totale de 20% des domaine viticoles cultivés en bio, alors que le reste du pays n’en est encore qu’à 5%. Grâce aux domaines de la Ville, ce sera dorénavant 25% de la surface viticole du canton de Neuchâtel qui passera en culture respectueuse de l’environnement.

 

Par sa décision, la Ville de Neuchâtel reconnaît le travail exemplaire qui a été fourni par les viticulteurs pionniers de la région, qui n’ont pas hésité à prendre des risques pour se lancer dans la culture bio, voire même biodynamique, il y a déjà des années.

 

Merci à eux qui, malgré le scepticisme et les quolibets, ont fait la démonstration que c’est non seulement possible, mais que c’est aussi meilleur pour l’environnement et pour la santé, celle du consommateur comme celle du viticulteur. Le consommateur averti n’hésite pas: la différence de prix est minime pour un vin de qualité, produit de manière respectueuse de l’environnement, qui n’a pas été transporté sur des milliers de kilomètres et qui contribue à maintenir, voire à créer, des emplois de proximité.

 

Après la suppression des pesticides de synthèse dans la gestion de nos espaces urbains, après le passage au tout bio dans nos domaines viti- coles, il s’agira maintenant de franchir le pas pour les propriétés agricoles appartenant à la Ville. Les Vert'libéraux continueront leurs efforts dans ce sens, et aussi au niveau cantonal avec le dépot au Grand Conseil d'une motion demandant à ce que l'État convertisse l'intégralité de ses propriétés agricoles et viticoles à la culture biologique ou biodynamique.